Tout sur le salpêtre des murs

L’humidité dans une maison est un phénomène tout à fait naturel et même très sain pour maintenir un bon niveau d’habitabilité ; par contre, lorsqu’elle est excessive, elle devient un véritable fléau et peut causer aux habitants de nombreux problèmes allergiques et respiratoires. Par ailleurs, ses effets sur l’état de la construction sont dévastateurs : elle déforme les murs, la peinture ou le papier peint, fait pourrir la boiserie et les meubles, et dans des cas plus sérieux elle en arrive à causer l’apparition de moisissures et enfin de salpêtre, une substance redoutable qui se retrouve parmi les conséquences les plus gênantes d’une maison trop humide. En effet, beaucoup de gens se plaignent de l’invasion du salpêtre chez eux, que leur maison soit ancienne ou pas, et affirment déployer des efforts constants pour s’en débarrasser, et le traiter, sans succès. Afin de trouver réellement la solution qui vous convient, ou encore mieux prévenir une éventuelle attaque de ce minéral dans votre habitat, il vous faut d’abord en comprendre la nature, les causes, symptômes mais aussi les divers traitements disponibles.

Qu’est ce que le salpêtre ?

Salpêtre sur un mur

Le salpêtre est un type de sel minéral composé en grande partie de nitrate de potassium. Egalement appelé « sel de pierre », ce minéral n’est cependant pas restreint aux habitations construites en pierre mais affecte tous les types de matériaux de construction. Les anciens bâtiments sont généralement les plus affectés, et ceci à cause de leur forte exposition à l’humidité ; mais cela n’exclut pas les autres même les plus récentes. De même, les endroits les plus humides du logement tels que la cave, la fosse sceptique, ou même la cuisine et la salle de bain, sont généralement les plus touchés par ce phénomène. Il se présente sous la forme de cristaux qui se répandent à travers ces pièces et qui sont visibles en tant que poudre blanchâtre ou de grosses tâches humides si vos murs sont recouverts de papiers peints.

Synonymes de salpêtre

On trouve de nombreuses appellations pour le salpêtre. Parmi les synonymes les plus répandus, on peut donner les termes suivants:

  • sel de pierre
  • nitre
  • nitrate de potasse
  • salpêtre du chili
  • nitrates du chili

Salpêtre ou moisissure ?

Certaines personnes peuvent confondre la moisissure avec le salpêtre ; bien que leur apparition coïncide très souvent, il faut savoir que ce sont deux phénomènes distincts. À la différence du salpêtre, la moisissure est une agglomération de champignons microscopiques qui prennent la forme d’auréoles ou de tâches vertes, bleues, noires ou blanches et répandent une forte odeur désagréable dans les endroits où ils foisonnent. La moisissure est très dangereuse pour la santé, étant à l’origine de plusieurs maladies respiratoires, d’affections cutanées ainsi que de mauvaises conditions d’hygiène. Tout comme le salpêtre, elle est la conséquence d’une humidité supérieure à 65 %, mais le type de solutions disponibles pour la traiter n’est pas forcément similaire à celui employé contre le salpêtre. Il vaut donc mieux d’abord diagnostiquer l’état de votre maison sans vous presser d’acheter des produits ou d’appliquer des peintures.

Symptômes de présence du salpêtre

Afin de vous prémunir contre des dégâts trop importants, il faut apprendre à reconnaître les signes révélateurs de la présence de salpêtre dans votre maison. Dès le moment où vous en prenez conscience, il est vivement recommandé de contacter un professionnel qui vous aidera à diagnostiquer les causes de sa présence et par la suite à trouver le traitement adéquat pour votre cas. En voici donc les signes les plus répandus :

  • Dépôt ou poudre blanchâtre sur les murs
  • Effritement de la peinture et du plâtre
  • Décollement du papier peint et du plafonnage
  • Boiserie assombrie et meubles pourris
  • Présence de champignons comme le mérule
  • Dégradation des cloisons et dysfonctionnements de l’appareillage électrique (des prises qui ne marchent plus ou causent une électrocution)
  • Formation d’auréoles grisâtres au-dessous de la peinture

Les causes d’apparition du salpêtre

Le salpêtre naît de l’une ou de la combinaison des conditions suivantes :

  • Les remontées capillaires : elles sont dues à une remontée de l’humidité présente dans le sol situé en-dessous des habitations dont les murs sont enterrés jusqu’à 1,50 m de hauteur. Elle survient lorsque les murs sont infiltrés par l’eau, ce qui arrive généralement lorsque :
    • Les fondations sont en contact avec l’eau.
    • Les murs ne sont pas suffisamment imperméabilisés.
    • La construction possède des réseaux capillaires qui facilitent, surtout s’ils sont fins, la remontée de l’eau à travers les murs.

    Ainsi, dès que les murs s’assèchent à l’intérieur, le salpêtre va filtrer jusqu’à la surface pour retrouver l’air libre, d’où la formation externe des cristaux de sel.

  • Une mauvaise ventilation : lorsqu’une pièce est insuffisamment aérée, cela favorise l’augmentation du niveau d’humidité. Cela survient généralement dans les pièces où l’eau est très fréquemment utilisée à fenêtre fermées, surtout si les flaques d’eau (après une douche dans le cas de la salle de bains, par exemple) ne sont pas bien séchées.
  • La pression hydrostatique : il s’agit de la pression qu’exerce l’eau sur les fondations d’une construction, ce qui favorise l’infiltration d’eau et une élévation du taux d’humidité. Vous pourriez être touché si :
    • Votre bâtiment est construit au-dessus d’une nappe phréatique
    • Le terrain de la construction est en pente et cause une accumulation d’eau près des fondations
    • L’eau de pluie est mal évacuée et stagne sur le terrain.
  • L’infiltration d’eau : à l’inverse des remontées capillaires et de la pression hydrostatique, elle concerne la pénétration de l’eau de pluie directement dans votre toit et vos murs si ceux-ci sont trop poreux ou présentent des fissures, des gouttières bouchées, des joints dysfonctionnels, etc. Elles commenceront par causer des dégâts sur l’extérieur des murs avant de gagner l’intérieur de la maison, ce qui devrait vous laisser le temps de vous en apercevoir avant que les vrais soucis commencent.
  • Les causes accidentelles : elles font référence aux autres facteurs qui contribuent à causer l’humidité dans votre logement, notamment les problèmes de canalisations et d’évacuation d’eau, l’usure des joints comme ceux de la tuyauterie, des fenêtres, etc., les fuites lentes et passant inaperçues, et plus gravement encore les inondations.

Ainsi, le salpêtre peut avoir des conséquences extrêmement dangereuses pour votre habitat et ne doit pas être ignoré même si son état d’avancement est encore lent. Vous pouvez vous équiper d’un humidimètre pour mesurer le taux d’humidité anormal, ou encore contacter un professionnel pour connaitre les moyens de lutter contre le salpêtre.Pour vous en débarrasser de manière définitive, il est essentiel d’en identifier les causes et d’utiliser les méthodes de traitement appropriées tout en visant la salubrité sur le long terme.